RÉSEAU DES FEMMES

Ras le bol !! de voir a travers les information des dizaine ou des centaine de jeunes immigrés empruntant des pirogues de fortune, très souvent avec très peu d’eau et de nourriture, traversant l’océan atlantique pour mourir avant d’atteindre le milieu du chemin ou bordant les rivage pour garder leur repaire afin de se diriger vers l’Europe. Comme disent certain, en suivant les étoiles avec aucune formation pour venir en Europe, ou beaucoup parmi eux arrivent en flottant dans l’eau étant mort ou pour ce qui ont eu la chance d’être secouru, et les malchanceux se retrouve dans des cercueils. Ou encore ceux qui traverse le désert en se dirigeant vers certains pays frontalier avec l’Europe, pour escalader des barrières extrêmement hautes et dangereuse où certain y laisse la vie ou tout simplement on les tire comme des animaux pour les empêcher de passer. Ou encore ceux qui viennent du désert et qu’on refoule dans le désert sans eau ni nourriture et avec une mort certaine.

Je me suis la question : Pendant des mois et des mois ces cris d’alarme m’ont rongé le cœur et les trippes, m’ont rongé la tète, comprendre qu’il n’y avait aucune solution. Etant ressortissante et d’origine de ce pays, française intégrée, et africaine avec mes cultures, je me suis demandés avec nos maigre moyens ce que nous pouvions faire. Pourquoi les gens partaient ? Pourquoi prendre le risque ? Toujours des questions. Un jour par les informations à la télé, j’ai vu dans une pirogue de fortune, des jeunes, des femmes, des mères de famille avec leurs bébés qui avait pris le risque de tenter ou de choisir la vie ou la mort. Les larmes me traversaient et tombaient sur ma poitrine avec une telle chaleur, que j ai pris la décision de retourner en Afrique pour comprendre pourquoi les jeune et maintenant les femmes et les enfants prennent ce risque de la vie ou la mort !!! Que ce passe t il ? Et ce phénomène ne s’arrête plus aux villes côtières mais commence à venir des villes de toute l Afrique.

J’en ai parlé avec des amis et beaucoup se joint à moi pour partager ce projet. Mais comme disent les valeurs de notre association : on ne part pas avec un projet, on voit la demande sur place et avec les bénéficiaire on relève le défis.

On a été sur le terrain, on a sillonné les villes ou les départ à l’immigration ont eu lieu, dans les iles du Saloum qui est une enclave de l’océan atlantique qui forme un bras de mer et qui forme des centaines d iles du Saloum. On a écouté, questionner, entendu, poser des questions partout où nous sommes allé et on a constaté que des familles avait été anéantis tous simplement. Dans une famille six jeunes qui partaient à l’immigration clandestine s ont décédé, on a eu le témoignage d’un jeune rescapé qui nous expliquait qu’après avoir épuisé la nourriture et le peu d’eau qui pouvait être embarqué, comment les personne se comportait face a cette situation : l’atrocités, l’inimaginable et par l’irrespect ( je vous épargne les détails sordides). Un autre témoignage d’une personne qui a été jusque dans un pays européen, et a été expulsé. Un autre, toujours d’un jeune, qui de lui-même en arrivant sur place à vécu une souffrance atroce et une très grande déception de voir les personnes entassées les unes sur les autres , et après un an de séjour, à reçu une proposition pour retourné dans son pays d’origine avec une aide qui doit lui permettre de développer un mini job, ce qu’il a accepté et il est retourné dans son village.

J ai voulu savoir par les maman et aussi les père , qu’est ce qui les poussaient a participer au départ des jeunes en vendant leurs bijoux ou leur biens pour payer leur passage vers l’Europe à des gens sans scrupule, sans pitié, sans valeurs, sans respect de l’humain pour embarquer les jeunes dans des pirogues de fortune alors que les convoyeurs sadique , sans pitié sans cœur ne s’embarque pas dans celles ci et se nourrisse de l’impureté et de la méchanceté, et laissent partir le convois seul !